Regards croisés

Transmission & reprise d’entreprise artisanale  : un gage de réussite

Le 21/11/2019
par CMA 47
Pierre Madera est un retraité heureux, et pour cause ! Il y a neuf mois, il a transmis les clés de son entreprise de construction métallique (AMG) à Anthony Louette. Les deux entrepreneurs reviennent sur cette aventure de transmission.
Partager :

Questions à Pierre Madera, ancien dirigeant de la société AMG

Quand avez-vous pris conscience qu’il fallait préparer votre transmission ?

Pierre Madera : Plusieurs facteurs, d’abord l’âge, après plus de 23 ans de carrière en tant que chef d’entreprise et des journées bien chargées, j’ai eu le sentiment d’avoir fait une carrière complète. Avant de prendre la décision d’arrêter, il m’est arrivé quelque chose de phénoménal, j’ai eu l’opportunité de travailler à l’export en Amérique latine. Ce fut un peu la cerise sur le gâteau et le moment pour moi de partir sur une bonne note.

Quelles ont été vos démarches ?

P. M.  : Lorsque j’ai commencé à songer à transmettre mon entreprise, j’en ai parlé à mon conseiller à la Chambre de Métiers et de l’Artisanat du Lot-et-Garonne (CMAI 47). Nous avons alors pris le temps de faire un point de situation sur mon activité pour affiner le profil d’un futur repreneur. J’ai également participé à des rencontres cédants/repreneurs. Mon activité nécessite plusieurs notions notamment en hydraulique, en pneumatique, en électrique, en automatisme, en chaudronnerie, en usinage et en conception. Ça n’a pas été évident de trouver la personne idéale avec les compétences, l’envie et le financement. 

Puis, après trois ans de réflexion et de recherches, j’ai rencontré Anthony par le biais de la CMAI 47. Anthony n’a pas exactement la même activité que moi mais il mène l’entreprise d’une main de maître depuis maintenant neuf mois.

Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite préparer sa transmission d’entreprise ?

P. M. : La vie est pleine d’opportunités, parfois on manque peut-être de souplesse face aux éventuels repreneurs. Le repreneur n’est pas le seul à devoir prouver qu’il a les compétences suffisantes, le cédant doit aussi être en mesure de l’accompagner. Que ce soit sur l’achat, la gestion, nous avons un rôle fondamental à tenir. C’est un partenariat de cession, il faut passer la main et passer à autre chose.

Il faut aussi savoir s’entourer, on ne peut pas vendre en étant seul dans son coin. Travailler son réseau, auprès de ses clients, de ses fournisseurs et surtout identifier les organismes qui sont là pour vous accompagner sur toutes les étapes de vie de votre entreprise. En m’adressant à la CMAI 47, j’ai bénéficié d’un soutien et de solutions pour ne pas voir mon entreprise s’éteindre.

Questions à Anthony Louette, repreneur de la société AMG qu’il a rebaptisée SCSM

Qu’est-ce qui vous a poussé à la reprise d’entreprise plutôt qu’à la création ?

Anthony Louette :  Après avoir emménagé dans la région, ma femme et moi avons pris la décision de reprendre une entreprise dans mon domaine d’activité qu’est la chaudronnerie. Nous avons privilégié ce choix car cela nous semblait plus concret et plus rapide pour démarrer lorsque l’on n’a pas encore de réseau. Notamment pour bénéficier d’une clientèle et de fournisseurs déjà en place.

De quelle manière la Chambre de Métiers et de l’Artisanat vous accompagne dans ce projet ? 

A. L. : Nous avons débuté nos recherches par le biais de la plateforme transentreprise.com qui recense les entreprises à reprendre dans le réseau des CMA et des CCI. Puis, après avoir consulté quelques offres nous sommes entrés en contact avec un conseiller de la CMAI 47. Nous avons pris rendez-vous afin de lui expliquer notre projet de reprise. Il a de suite pensé à l’entreprise de Pierre Madera. Il nous a alors mis en relation, on s’est rencontré puis j’ai travaillé quelques mois avec Pierre pour comprendre le fonctionnement de son entreprise. Par la suite la transmission d’entreprise s’est faite assez naturellement et une relation de confiance s’est installée.

Aujourd’hui la CMAI 47 m’accompagne sur le développement de mon entreprise avec notamment des formations en comptabilité.

Avec cette année de recul, pensez-vous avoir développé votre entreprise différemment que si vous l’aviez créée de A à Z ?

A. L. : Après neuf mois d’activité, notre situation financière est stable, nous arrivons à régler nos fournisseurs et nous donner un salaire. Ce qui me permet sereinement de développer mon marché et de prendre mes marques en tant que chef d’entreprise. Si j’avais créé mon entreprise je pense qu’après 9 mois d’activité, je serais en train de chercher des clients. Aujourd’hui je n’ai pas eu un seul temps mort. La reprise d’entreprise est un choix intéressant, l’investissement est plus lourd au départ mais au final on gagne du temps et on s’assure de pérenniser son entreprise.

 

Un projet de transmission ou de reprise d’entreprise ? 

Contactez la CMAI 47, un conseiller vous accompagnera dans votre projet : 05 53 77 47 77 (demandez le service Développement Économique) ou contact@cma47.fr

Participez à l’atelier cédant/repreneur organisé le mercredi 27  novembre 2019 à Fumel à partir de 18h30 au pôle économique de Fumel Vallée du Lot. Tous les professionnels concernés seront présents pour répondre à vos questions : banque, cabinet comptable, expert retraite, mutuelle, assurance.

Atelier et remise du Trophée Villes et Villages de la transmission organisés en partenariat
avec le Conseil Régional Nouvelle-Aquitaine et la Communauté de Communes Fumel Valée du Lot.

Rendez-vous sur www.territoires47.com pour découvrir la liste des entreprises artisanales à reprendre en Lot-et-Garonne accompagnées par la CMAI 47.

 

Partager :