Interview

Réformes : l'Etat accompagnera les CMA

Le 02/07/2019
par CRMA Nouvelle-Aquitaine
À l’écoute du monde artisanal, Fabienne Buccio, la préfète de Nouvelle-Aquitaine, nommée fin mars, a accepté de répondre à nos questions pour un point sur l’actualité. Rencontre.
Partager :
Fabienne Buccio, préfète de Nouvelle-Aquitaine.

LMA : Les réformes en cours (Pacte, Avenir Pro) impactent les CMA sur des activités de service aux entreprises (SPI, gestion du répertoire des métiers…). Quelle est la vision de l’État sur le futur rôle des CMA auprès des entreprises au regard de ces réformes ?

Ces réformes concernent l’ensemble des réseaux consulaires dont les CMA. L’idée étant de les faire évoluer pour les adapter aux changements de la société. Les artisans d’aujourd’hui ne sont pas ceux d’hier. Les réseaux seront accompagnés par l’État sur la voie des changements. Sa volonté n’est pas de modifier les missions traditionnelles des CMA. Le Gouvernement souhaite faciliter les démarches des créateurs d’entreprise. D’où la disparition de certaines obligations, par exemple du stage de préparation à l’installation. La réforme structurelle des chambres de métiers, et leur régionalisation dès 2021, devrait favoriser une organisation plus juste et une meilleure répartition des budgets. Cela ne veut pas dire que les compétences reconnues à l’échelle des départements perdront leurs prérogatives. Je suis confiante dans la capacité des artisans à trouver les bonnes solutions.

"Les réseaux seront accompagnés par l’État sur la voie des changements."  Fabienne Buccio, préfète de Nouvelle-Aquitaine

LMA : Comment les CMA sont-elles intégrées dans la conduite de la politique de proximité engagée par le Gouvernement (maisons de service public, actions cœur de ville…) ?

L’action Cœur de ville se déploie dans plusieurs villes en Nouvelle-Aquitaine. C’est une opportunité exceptionnelle pour le monde artisanal, puisque l’État et un certain nombre d’organismes apportent leur soutien à des aménagements de centre-ville. Les CMA y ont toute leur place. Il faut développer les maisons de services publics réparties par cantons. Je pense que les CMA doivent s’engager, notamment dans certains territoires, pour mettre en place des services répondant aux besoins des particuliers. Nous y travaillons.

LMA : À la suite d’un événement tel que l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, est-il légitime de penser que les artisans sont les piliers de la sauvegarde du patrimoine régional voire national ?

Nos artisans sont reconnus comme les meilleurs parce qu’ils travaillent sur ces lieux d’exception. Notre-Dame est une extraordinaire vitrine de leur savoir-faire et doit le rester. Ce drame fournit l’occasion de le remettre en lumière. Le président de la Région Nouvelle-Aquitaine a déjà fait valoir les atouts de la région pour fournir le bois nécessaire à la reconstruction de la charpente, si le choix se porte sur ce matériau, et proposer le savoir-faire des artisans. Je suis solidaire de ces démarches. En Nouvelle-Aquitaine, la question concerne la préservation du patrimoine dans les villes et dans les territoires ruraux. À la suite d’une initiative du ministère de la Culture, une enveloppe a été reçue via la Drac pour financer le patrimoine rural (la rénovation de biens communaux ou privés lorsque le propriétaire n’a pas les moyens d’en assumer les frais). C’est une manière de redynamiser l’artisanat de proximité. 

LMA : Face à l’impact des gilets jaunes sur l’économie de proximité, quelle réponse concrète le Gouvernement a-t-il choisi d’apporter pour soutenir les entreprises artisanales ?

Le Gouvernement a mis en place un dispositif pour soutenir le commerce et l’artisanat. Les entreprises peuvent solliciter un plan d’étalement de leur dette fiscale, un report de cotisation, une remise d’impôt. Les demandes sont examinées au cas par cas par la DGFiP. Par ailleurs, Bordeaux va bénéficier de 300 000 € au titre d’un fonds – 5,5 M€ débloqués au total par le Gouvernement – pour créer des animations afin de ramener en centre-ville les citoyens qui ont perdu l’habitude de s’y rendre.

Partager :