Enquête

Plus de 70 % des artisans interrogés sont impactés par la guerre en Ukraine

Le 01/07/2022
par CMA 87
La chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) de Nouvelle-Aquitaine communique les résultats d’une enquête de conjoncture centrée sur les conséquences de la guerre en Ukraine. Près de trois mois après le début du conflit, 70,4 % des chefs d’entreprise artisanale de Haute-Vienne interrogés déclarent rencontrer des difficultés.
Partager :

LE COÛT DES CARBURANTS ...

... Pointé par la majorité des artisans

Le coût des déplacements arrive en tête avec 80,6 % des difficultés citées, suivi de la baisse du pouvoir d’achat de la clientèle (76,3 %). Le coût des matières premières est cité en 3e niveau d’importance avec 71 %.

Suivent ensuite les problèmes d’approvisionnement (56 %), le coût de l’énergie (49,5 %) et la renégociation des devis (30 %). Les difficultés salariales sont aussi évoquées par 7,5 % des répondants.

UN NIVEAU DE FRAGILITÉ ...

... Des entreprises artisanales élevé

Plus de la moitié (53,8 %) se disent en situation de fragilité financière. Le niveau bas de la trésorerie est la fragilité la plus citée (82,9 %), devant la réduction des marges (72,9 %).

Sont ensuite évoqués, l’allongement des délais de paiement (14,3 %), l’augmentation des impayés (14,3 %) ou bien l’échéance du remboursement du PGE (12,9 %).

DES BESOINS EN INFORMATION IMPORTANTS ...

... 52,6 % de l’ensemble des répondants expriment le besoin d’être informés sur les mesures de soutien aux entreprises. 11,2 % souhaitent être informés sur les possibilités de venir en aide aux Ukrainiens et 5,2 % sur la cybersécurité.

Plus de 67 % de répondants inquiets sur l’avenir de leur entreprise Questionnés sur leur niveau de confiance en l’avenir, 1,5 % se disent très confiants, 30,8 % plutôt confiants, 53,4 % plutôt pas confiants et 12,3 % pas du tout confiants.

COMMENT S’ORGANISER ... 

... Pour répondre à la crise ?

→ 38,6 % des répondants pensent optimiser au maximum leurs consommations énergétiques ;

→ 35,6 % envisagent d’améliorer leur stratégie commerciale ;

→ 35,6 % n’envisagent pas d’actions préventives particulières ;

→ 17,4 % pensent diversifier les fournisseurs ;

→ 6,8 % pensent modifier leur organisation interne ;

→ 3 % comptent renforcer leur sécurité informatique ;

→ Enfin, 25 % des répondants souhaitent être contactés par un conseiller de leur CMA.

Témoignage : « Nous ne pouvons pas répercuter les hausses de prix des carburants », Marylène Laforge, gérante de Taxi Mary à Aixe-sur-Vienne (Haute-Vienne).

« En tant que taxi médical conventionné pour les déplacements médicaux, nous ne pouvons pas répercuter les hausses de prix des carburants, or cette activité représente 98 % de notre chiffre d’affaires », explique Marylène Laforge qui attend les directives de la CPAM de la Haute-Vienne. Résultat les marges de l’entreprise (effectif trois) sont en berne. Ici, pas question de passer à l’électrique : « Les véhicules n’ont pas encore assez d’autonomie. » Ni d’élargir l’activité : « Nous sommes trois femmes, nous préférons ne pas travailler en soirée pour des raisons de sécurité. »

>> En savoir plus auprès de votre CMA 87

Partager :