Worldskills

Objectif Shangaï pour pour Émeric Labat !

Le 18/05/2022
par CMA 86
Il l’a fait ! Émeric Labat a remporté à Lyon le 15 janvier dernier son ticket pour Shanghai ! Que d’efforts récompensés par ce podium, mais Émeric, toujours modeste et humble, n’oublie jamais de remercier sa coach Stéphanie Cervo, formatrice au CFA de Saint-Benoît, et sa patronne, Christelle Lamude, à Pau.
Partager :

Pour préparer Shanghai, Émeric est très bien entouré :

« Jean- Philippe Fritz est expert international, il me guide dans ma trajectoire, et Stéphanie reste ma coach. Lors du dernier stage de préparation, l’équipe de France nous a bien expliqué que cette préparation prend la forme d’un arbre généalogique, avec en haut, le candidat, son expert international et son coach régional, puis en dessous, les racines avec l’entreprise, la famille et les amis. »

Pour autant, il n’est pas toujours facile pour notre compétiteur de trouver son rythme dans une alternance qui devient de plus en plus exigeante, avec une absence en entreprise du lundi au mercredi plus des entraînements à Poitiers et au CFA d’Eschau - Bernard Stalter (Strasbourg) qui s’intensifient, deux fois par mois, et ce jusqu’au mois de juin.

Le calendrier d’Émeric intégrera notamment des stages de préparation physique et mentale, comme à l’Insep Paris (lieu de propulsion des candidats olympiques).

Cette cohésion d’équipe de France, tous les deux mois jusqu’en octobre, permettra de se connaître, de pousser ses limites et de comprendre et maîtriser son endurance.

« Ça me plaît de faire du sport, d’aller courir, de me dépasser. Je ne le faisais pas trop avant, mais ça m’a remis dans le bain, et ça me booste. »

À quoi s’attendre à Shanghai ?

« Nous ne travaillons plus les mêmes entraînements désormais, car les candidats asiatiques sont redoutables, ils possèdent un savoir-faire et une maîtrise exceptionnels, et ils “joueront” à domicile. L’objectif est de comprendre leur façon de travailler. Ce qui va compter, c’est l’adaptabilité. Et là, le rôle de l’expert est essentiel, il va étudier les sujets avec moi pour me guider et m’accompagner. C’est tout l’esprit de cohésion qui existe entre l’expert, le candidat et la coach. Cette complémentarité fera notre force. »

Un état d’esprit de champion

« Je pars avec l’idée que mes entraînements seront extrêmement intéressants, que le binôme avec l’expert est top et que ce sera une des plus belles compétitions de ma vie, s’enthousiasme Émeric. J’ai toujours eu l’esprit de compétition. Déjà en CAP, je voulais toujours que mes réalisations soient les plus belles. Plus je participe à des concours et plus je développe encore cet esprit. Je suis quelqu’un de très organisé, j’aime bien que tout soit "carré" et la préparation mentale et psychologique sur la gestion du temps m’apporte beaucoup. On nous prépare à l’après, complète Émeric. Comme pour les sportifs de haut niveau, on nous fait envisager la suite. Mon projet à moyen terme, c’est d’ouvrir ma boutique, mais pas tout de suite. Je veux encore me perfectionner. Je n’ai que 21 ans », conclut-il en souriant.

Émeric enchaînera au retour de Shanghai sur la jurification des Olympiades régionales à Bordeaux. Peut-être une autre piste d’avenir, avec la formation ?

Le mot de Jean-Philippe Fritz, expert-métiers en art floral pour les WorldSkills.  
« J’accompagne Émeric, mais également la médaille d’argent, Gwen Bergeault, et la médaille de bronze, Guillaume Lecas. Notre objectif est de faire de ces trois jeunes des “bêtes de courses”, de les forger “WorldSkills” et de les préparer au mieux à une compétition mondiale avec vingt jurés qui ont tous leur sensibilité et leurs attentes. L’objectif est de les faire évoluer, de leur offrir une aisance et la possibilité de se surpasser et d’étonner, afin d’obtenir d’eux la performance et l’exception. Émeric a, comme les vingt autres jeunes, toutes ses chances. Il est ambitieux, créatif et motivé. Nous voulons lui donner toutes les armes pour se battre sur ce terrain et apprendre à se créer une bulle. »
Partager :