Reprise

Ma CMA, un atout dans ma reprise d’entreprise

Le 02/07/2021
par CMA 16
Frédéric Maurin sera bientôt l’heureux propriétaire de son propre garage automobile. Ce passionné rachète l’entreprise de son oncle, qui part à la retraite à la fin de l’été. Une reprise effectuée en douceur grâce à l’accompagnement de la CMA.
Partager :

Portrait d'un repreneur 

Aussi loin qu’il se souvienne, Frédéric Maurin a toujours rêvé de posséder son propre garage automobile. Mais, comme il le dit si bien, l’école, ce n’était pas son truc.

Alors, à 14 ans, il démarre tout en bas de l’échelle en partant en pré-apprentissage comme mécanicien. Cette expérience ne fait que renforcer sa vocation. Son diplôme en poche, il est d’abord recruté dans un garage à Mouthiers, puis à La Couronne.

Pendant près de 30 ans, il exerce son métier avec passion. Mais son rêve de gosse est toujours dans un coin de sa tête. 

« À La Couronne, j’ai eu l’occasion de monter en compétences sur tout ce qui est gestion administrative : établir les devis et les factures, gérer les relations avec les fournisseurs... ça a réveillé en moi quelque chose », confie le garagiste.

À l’été 2020, Frédéric Maurin commence alors à se renseigner pour l’achat d’un terrain et la construction d’un bâtiment.

Les estimations, à près de 500 000 euros, le freinent un peu. Il contacte donc son oncle, Yves Jousseaume, garagiste à L’Isle-d’Espagnac. Ce dernier lui annonce qu’il part à la retraite dans un an. Banco !

Frédéric Maurin s’inscrit alors aux Matinales (réunion hebdomadaire d’information à destination des porteurs de projets) de la chambre de métiers et de l’artisanat Nouvelle- Aquitaine - Charente, afin d’en savoir plus sur la création et la reprise d’entreprise. « Puis j’ai eu un entretien individuel avec une conseillère qui m’a énormément rassuré sur la faisabilité de mon projet, que je parte sur une création ou une reprise. »

Poussé par son épouse Gaëlle, alliée de la première heure, le garagiste s’inscrit également sur la plateforme du Conseil en évolution professionnelle. Très rapidement, il est à nouveau contacté par une conseillère de la CMA

« Elle aussi m’a encouragé dans mon projet. Elle m’a aidé à me décider et à opter pour la reprise car en termes de budget, c’était incomparable. » 

Frédéric Maurin rachète en effet le fonds de commerce de son oncle pour quelques dizaines de milliers d’euros. «Biensûr,il y a un loyer à payer tous les mois, et une partie du matériel, vieillissant, à remplacer. Malgré tout, cela reste un tarif très abordable pour une reprise. »

Le quadragénaire sera définitivement propriétaire de son garage le 1er septembre. En attendant, il occupe une partie des locaux depuis le mois de février. 

« Je suis très confiant. Je réalise déjà le même chiffre d’affaires mensuel que mon oncle, avec ma propre clientèle. Alors quand je vais récupérer la sienne, tout devrait rouler ! »

>> Prendre contact avec la CMA 16 pour la reprise de votre entreprise

Partager :