Accompagnement

« Ma CMA, premier soutien dans l’innovation »

Le 03/07/2021
par CMA 86
Issu du milieu de l’entreprise automobile, Denis Laverdet a quitté un poste à responsabilités pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Il y a cinq ans, il a repris la Menuiserie de Neuville (86), dont le patron partait à la retraite. Grâce à l’accompagnement de la chambre de métiers et de l’artisanat, il a pu mettre au point une technologie innovante de découpe de plancher. Il s’apprête aussi à recruter un apprenti.
Partager :
Denis Laverdet dans sa menuiserie.

Pendant quinze ans, Denis Laverdet travaille dans l’industrie automobile. Il occupe des postes à responsabilités en logistique, production et contrôle qualité. Mais un jour, il décide de tout plaquer, salaire et statut. 

« J’avais envie d’entreprendre et de travailler pour moi », se souvient-il. Alors quand il entend dire que le patron de la Menuiserie de Neuville part à la retraite, il saute sur l’occasion. 

« Je n’ai aucune formation de menuisier mais le bois est une matière que j’adore alors je me suis dit que c’était une jolie coïncidence. » 

En 2016, Denis Laverdet reprend donc l’atelier et ses deux salariés. « Le bois, ce n’est pas mon métier mais j’ai fait travailler mon réseau et j’ai su trouver les bons financements pour permettre à l’entreprise de se développer. » 

Cinq ans plus tard, le résultat est sans appel : « Aujourd’hui, nous sommes huit dans l’entreprise. Cinq menuisiers plaquistes, un chargé d’affaires, une assistante et moi-même. J’emploie, en plus, deux personnes en intérim. » Et la menuiserie touche désormais une plus large clientèle, davantage haut de gamme.

En effet, Denis Laverdet et son équipe ont mis au point un plancher Fannsed. « C’est un plancher dont la forme des lames est 100 % paramétrables via un logiciel. Cela permet de créer des sols ou des parements muraux graphiques et originaux, aux formes plus ou moins cassées ou arrondies. »

Le coup de pouce de la CMA

Pour mettre au point ce plancher, la Menuiserie de Neuville a pu s’appuyer sur la chambre de métiers et de l’artisanat. 

« Grâce à la CMA, j’ai pu suivre une formation sur la partie marketing, notamment en ce qui concerne la création de la marque Fannsed. J’ai aussi bénéficié d’un accompagnement pour l’achat du logiciel. » 

Et, prochainement, Denis Laverdet compte bien faire appel à nouveau à la CMA. « Je vais très probablement recruter un apprenti à la rentrée prochaine. Je sais que la chambre va pouvoir m’accompagner à ce niveau-là.

Jusqu’à présent, nous étions nous-mêmes en phase de développement alors je considérais que ce n’était pas le bon moment.

Mais maintenant que l’entreprise est solide, il me paraît essentiel de pouvoir former des jeunes, de leur transmettre notre savoir-faire, et de pouvoir les recruter à la fin de leurs études. »

>> Pour en savoir plus, contactez la CMA de la Vienne

Partager :